C’est la rentrée des Conseillers Médiateurs Numériques

En ce mois d’avril 2018, je fais ma rentrée. Cela peut vous sembler étrange, mais je démarre une formation d’un an de Conseiller Médiateur Numérique au centre de formation de l’ADEA de Bourg-en-Bresse. Je découvre les locaux, la formation, mes professeurs et surtout mes camarades. Nous sommes la première promotion d’une formation qui répond à des besoins nouveaux. Ce métier nouveau est, en réalité, à la croisée du numérique et du travail social.

Une formation d’un nouveau genre

Nous sommes des cobayes. Nous sommes la première promotion d’une formation d’un nouveau genre. Cyberbase, Télécentre, espace publics numérique, Tiers-Lieux… la médiation numérique a une histoire. Portée par quelques pionniers, elle est née au début des années 2000 avant l’avènement des réseaux sociaux. À l’époque pas d’école, ni formation pour devenir médiateur numérique. Le métier s’apprend d’abord sur le terrain. Un peu moins de 20 ans après, les enjeux du numérique touchent toute la société. Le moment semble propice pour se lancer.

Nous apprendrons à accompagner différents types de publics : demandeurs d’emplois, handicapés et maisons de retraites. Nous allons d’abord suivre des trames de médiation avant de créer les notre.
Nous avons découvert nos salles de formation et de pratiques. Nous allons notamment travailler dans l’EPN de l’ADEA. Cet espace public numérique a été crée en 2013. Il a été pensé pour l’accessibilité des handicapés avec du matériels adaptés.

La plupart des locaux sont encore en cours d’aménagement #WorkInProgress #WorkInPromesse. Dans quelques mois nous aurons un FabLab, un espace de Coworking et un Learning Lab équipés de grand écran tactile.

Je suis heureux, car notre promo va participer à la construction du lieu et de la formation. À notre manière nous sommes des pionniers, nous faisons la trace.

La médiation numérique, un travail social

Nous sommes huit. Nous venons d’horizons très divers. Nous avons une grande variété de profils. Au jugé, nous avons de 19 à 40 ans.

Il y a un ancien boulanger-pâtissier, une auxiliaire de vie, une animatrice socio-culturel, un développeur web, une éducatrice de jeune enfant, un ancien étudiant en génie mécanique, et moi-même, ancien journaliste et Tiers-Lieux lover.

Nous avons tous une petite expérience de la médiation numérique. Nous sommes tous des autodidactes de l’informatique. La plupart d’entre nous a eu de longues expériences associatives.

Il y a des profils de geeks, de techos et de travailleurs sociaux. Nous avons beaucoup à apprendre des uns et des autres, je suis enthousiaste.
En ce premier jour de rentrée, nos formateurs ont eu à cœur de nous le répéter : “Cette formation est à la croisée du numérique et du travail social.”
Eh oui ! De plus en plus de services publics se dématérialisent. De plus en plus de démarches administratives se font par Internet.

Si vous avez besoin d’aide : appelez un médiateur !

Museomix, les Musées transformés en Tiers-Lieux

Amazing vous l’avez annoncé et surtout ici. Les musées ont été remixés. Amazing a couvrert le muséomixage du Musée d’Art et d’Industrie de Saint-Etienne, les 7, 8 et 9 novembre derniers.

Museomix c’est une communauté d’aficionados des musées qui viennent apporter pendant trois jours leurs compétences pour transformer les expositions. Bref, un Tiers-Lieux éphémère dans un musée.

7 musées connectés

Muséomix au Musée d'Art et d'Industrie à Saint-Etienne, novembre 2014 (2)Pour cette quatrième édition, sept musées de quatre pays différents étaient connectés (France, Suisse, Royaume-Uni, et Canada).

Des musées reliés par les hautes technologies :
– ambiance Star Trek avec des webcams pour voir les travaux des autres musées.
– ambiance Star Wars, avec des robots de téléprésence qui permettaient de se balader dans les autres musées.

Au total ce sont 42 projets de nouvelles installations qui ont été proposées : revisiter le passé ouvrier, s’habiller comme au XIXème siècle, recréer un squelette avec des os de dinosaures…ect…

Les projets aboutissent sur des prototypes testés par le public le dimanche. Pour la plupart, ces prototypes sont participatifs, ils poussent le visiteur à découvrir des détails ignorés ou à participer lui-même aux expositions.

De nombreuses connexions créées

Muséomix au Musée d'Art et d'Industrie à Saint-Etienne, novembre 2014 (1)Des projets possibles grâces au numérique, aux fablabs présents sur place et aux nombreuses compétences qui se mélangeait : graphiste, codeurs, designers, communicant, rédacteurs de contenus, musiciens…

Beaucoup de connexions ont pu se créer pendant les trois jours. À Saint-Etienne, on a vu de nombreux entrepreneurs se rencontrer. Deux fablabs ont travaillé ensemble : OpenFactory de Saint-Etienne et la Fabrique d’Objets Libres de Lyon.

Des projets et un hackprojet

A Saint-Etienne, six projets ont finalement émergés. Vous pouvez les découvrir ici.

Un dispositif sera-t-il pérenniser, comme ce fut le cas en 2012 avec les Tables Claudiennes du musée Gallo-Romain de Lyon ?

La réponse devrait arriver courant 2015.
En attendant un septième projet a été proposé, un hack-projet avec une conscience citoyenne qui visent à utiliser et rendre vivant le musée d’Art et d’Industrie.

Museomix, tout comprendre, tout savoir…

Le processus de Museomix a été documenté :
Le Code source de Muséomix
Le Code source de Muséomix Saint-Etienne

Comment est né Museomix ?

Comment ça fonctionne ?

Comment sont sélectionnés les musées ?

La Jeunesse Européenne prend la parole grâce aux Tiers-Lieux

Les ressources des Tiers-Lieux permettent l’appropriation citoyenne des médias. C’est pourquoi Amazing existe !
La dernière semaine d’octobre 2014 à Saint-Etienne, les Tiers-Lieux ont travaillé ensemble pour aider à la création d’une vidéo.

Le Projet Polka

Médias citoyens dans les Tiers-Lieux, OpenFactory, octobre 2014 (2)Fin octobre 2014, 10 jeunes de toute l’Europe (Pologne, Slovaquie, Grèce, Roumanie…etc…) viennent à Saint-Etienne pour le projet Polka. Un cycle de rencontre de jeunes autour des politiques européennes de la jeunesse. Réflexions, échanges, découvertes… les jeunes peuvent mieux appréhender la complexité de leur continent et de ses Institutions Politiques.
A Saint-Etienne, c’est l’association Dynamiques Plurielles hébergée au Remues-Méninges (Café-lecture et Tiers-Lieux) qui a accueilli les jeunes.

 

Le Processus plutôt que le résultat

Médias citoyens dans les Tiers-Lieux, OpenFactory, octobre 2014 (3)Les jeunes doivent rendre des productions artistiques/journalistiques ou humoristiques.
Quatre étudiantes souhaitent réaliser une vidéo. Dynamiques Plurielles se tournent alors vers Amazing!
Pendant trois jours, les quatre étudiantes ont pu découvrir le tournage, la prise d’interview, le dérushage, le montage grâce à un accompagnement aux médias citoyenx.

Un travail de  longue haleine d’autant plus que les étudiantes ont souhaité faire une vidéo en quatre langues : Roumain, Polonais, Espagnol et Français, sous-titrée en Anglais.

Le travail de préparation et de montage s’est déroulé à OpenFactory (Tiers-Lieux, Fablab et Hackerspace), un environnement de travail idéal avec de nombreuses ressources à disposition.

Le but pour Amazing et les étudiantes n’était pas de rendre un travail professionnel, mais de s’inscrire dans un processus de co-création et d’expression citoyenne :

[vimeo width=”600″ height=”500″]https://vimeo.com/111103856[/vimeo]