Des nouvelles, de mots et de chiffres

Bonjour à tous, malgré le manque d’activité ces derniers mois sur ce blog, le nombre de visiteurs a sensiblement monté pour atteindre 2000 certains jours. C’est un petit exploit et je vous en remercie.

J’ai lancé ce blog pour partager mon métier et ma passion (respectivement et inversement) : le numérique et l’écriture. J’aime jouer avec la frontière, j’aime quand elle est ténue, qu’elle semble se dissiper.

Le numérique, le web et Internet, particulièrement, permettent l’échange, la conversation, la publication, la rencontre.
Bref, je dis des banalité et je navigue entre utopies et réalités quotidiennes. Je préfère laisser la parole à Benjamin Bayart avec cette phrase lu un jour sur le blog affordance.info :

« L’imprimerie a permis au peuple de lire, Internet va lui permettre d’écrire” .

Benjamin Bayart

La route est longue mais la voie est libre, comme on dit. À ce propos j’ai accumulé un texte qui en dit long, ça s’appelle “Les monstres chiffrées” et ça se lit ici.

Mon monde en 4/3

Depuis 2012 je m’intéresse et je suis de près le mouvement des Tiers-Lieux Libres et Open Sources.
Tiers, voilà un mot, une pensée bien française. Et le langage joue avec le cerveau. Tiers-État. Tiers-Monde. Tiers-Lieux. C’est donc un peu par intérêt et surtout par curiosité que je m’étais abonné en 2014 à une chaîne YTube intitulé “Le Tiers-Livre”.

Un Tiers de plus, pourquoi pas ? Mais, le croirez-vous, ce n’est qu’en 2018 que j’ai finalement regardé une vidéo de cette chaîne.
Il s’agit d’un écrivain : François Bon. Au compteur : une trentaine de livres publiés chez minuit, des biographies de Lovecraft, des Stones et de Bob Dylan.

L’écrivain propose des ateliers d’écriture via son site Internet et YTube. Chaque semaine, François Bon fait une proposition avec consigne en vidéos de 30 à 40 minutes. Renvoie les écrivants à un texte précis. Puis il publie les textes sur son site, comme un espace d’édition ouvert et participatif. A l’été 2018 François Bon lance un atelier “construire une ville avec des mots.”

Présentation de la chaîne de François Bon

Tiers-Livre, les ateliers

Depuis l’été 2018, j’ai suivi quatre à cinq cycles d’ateliers. François Bon propose des cycles d’été et d’hiver. Les ateliers se sont améliorés vers plus d’entraide et de participation. Chaque participants a maintenant la charge de publier ses textes sur un WordPress commun. Nous nous réunissons par visio toutes les semaines. Et bien sûr il y a un groupe d’entraide sur Facebook (grrrr…).

Les écritures sont foisonnantes. Ça croise, ça trame, ça décroise, ça construit et déconstruit. J’aime ce laboratoire à ciel (à web) ouvert. Les ateliers du Tiers-Livre ouvre un large champ de possibles et de questionnements sur l’écriture et la littérature à l’ère du numérique.

Cet été, François Bon a décidé de faire un double cycle dans un atelier :
– Progression (pour progresser) et
– Faire un livre (pour faire un livre (c’est explicite en fait)).

Pour nous lancer, François Bon nous a fait travailler un prologue “100 mots et de l’eau” autour d’un texte de Francis Ponge. Résultats : 164 contributions et un livre et un livre à commander.

Lancement de l’atelier d’été 2021

À lire !

Francis Ponge, Antonio Tabucchi, Gina Pane, Ryoko Sekiguchi, Henri Michaux, Franz Kafka et tous les participantes et participants du Tiers-Livre (ça approche la centaine)… J’ai découvert et redécouvert de nombreux écrivaines, écrivains et artistes avec leurs points de vues et leurs esthétiques. Il ne s’agit pas de tout connaître par coeur, de devenir cultivé ou post doc en littérature comparé… Non, simplement s’appuyer sur l’écriture de ses auteurs pour creuser et explorer la sienne, pour trouver son propre langage. Il ne s’agit pas d’un MOOC “écrivez votre premier roman en 10 chapitres”, non il s’agit de trouver son propre langage et sa propre voi(e)x. C’est beaucoup plus intéressant et ça me plaît !

Vous pouvez nous (me) lire ! Vos retours seront les bienvenues ! Courtoisie et bientraitance sont demandées !

  • Le site de François Bon : https://www.tierslivre.net/
  • Les ateliers du Tiers-Livre : https://www.tierslivre.net/ateliers
  • Ma page auteur : https://www.tierslivre.net/ateliers/author/amarty/
  • J’aime même ouvert un blog sur Plume (un média social fédéré) : Les Pixels sur le toit

Où se fabriquent les armes…

« Le Pas de la Manu »
Baptiste Deyrail
Edition Actes Sud l’An 2

EN BREF – Une question me semble nécessaire : comment et pourquoi le FAMAS-F1 a-t-il été inventé ? Peu de gens le savent mais le FAMAS, le fusil mitrailleur porté autrefois par les soldats français, est un sigle qui se décompose ainsi : Fusil d’assaut de la Manufacture d’Armes de Saint-Etienne.
Bienvenue à la Manu, trois siècles de fabrication d’instruments de morts. La ville dans la ville, le fort, la zone militaire. Franchissez le portail de fer forgé surmonté d’aigle d’or Napoléon III. L’accueil se fait arme au poing. Quand l’ouvrier a fini son quota de pièce pour la journée, il peut utiliser les machines pour bricoler ses créations, c’est la fameuse « perruque ». De l’intelligence et du hasard peut naître le meilleur ou le pire.

Baptiste Deyrail a mis du coeur à l’ouvrage. De la lourdeur du noir et blanc, où se mêle le travail ouvrier et l’ambiance d’époque d’une ville ouvrière, se détache une fiction très près du réel. Des visages, des mimiques, des expressions, que l’on croît volontiers familiers.
Les personnages dépassent des cases car tout est là : les différents langage – celui de l’usine comme le patois de la ville – les rites qui marquent la vie de l’usine, les différents ateliers et services, les arrangements entre les uns et les autres ; une peinture réussie de la quotidienneté, sur chaque page les anciens de la Manu nous racontent leur histoire.

Pour mener à bien son travail Baptiste Deyrail a collecté des témoignages et a fait un vrai travail d’investigation. Il connaît bien les lieux : il est passé par l’Ecole d’Art et Design qui occupe actuellement les bâtiments de la Manu. Ce quartier, je le connais bien aussi, et j’ai deux-trois histoires à vous raconter. A suivre…

Je suis tombé amoureux

Encore samedi dernier, je suis tombé amoureux. Un de mes librairie préférée avait ré-ouverte. Il avait une couverture intrigante. Du poids, de la matière, un parfum d’encre et de papier. Les couleurs vibraient sous mes doigts. J’ai ouvert les pages et je me voyais déjà sur mon canapé à lire.

J’aime les livres 📖. C’est une vraie passion et j’aimerais vous la partager. J’inaugure donc la catégorie “Amour des livres” sur ce blog.
Bien sûr, je parlerais médiation numérique, tiers-lieux et pédagogie… mais pas que.
Pour la première, je vous réserve une petite surprise.

A bientôt 😉

Crédits : Aurélien Marty.