Des nouvelles, de mots et de chiffres

Bonjour à tous, malgré le manque d’activité ces derniers mois sur ce blog, le nombre de visiteurs a sensiblement monté pour atteindre 2000 certains jours. C’est un petit exploit et je vous en remercie.

J’ai lancé ce blog pour partager mon métier et ma passion (respectivement et inversement) : le numérique et l’écriture. J’aime jouer avec la frontière, j’aime quand elle est ténue, qu’elle semble se dissiper.

Le numérique, le web et Internet, particulièrement, permettent l’échange, la conversation, la publication, la rencontre.
Bref, je dis des banalité et je navigue entre utopies et réalités quotidiennes. Je préfère laisser la parole à Benjamin Bayart avec cette phrase lu un jour sur le blog affordance.info :

« L’imprimerie a permis au peuple de lire, Internet va lui permettre d’écrire” .

Benjamin Bayart

La route est longue mais la voie est libre, comme on dit. À ce propos j’ai accumulé un texte qui en dit long, ça s’appelle “Les monstres chiffrées” et ça se lit ici.

Mon monde en 4/3

Depuis 2012 je m’intéresse et je suis de près le mouvement des Tiers-Lieux Libres et Open Sources.
Tiers, voilà un mot, une pensée bien française. Et le langage joue avec le cerveau. Tiers-État. Tiers-Monde. Tiers-Lieux. C’est donc un peu par intérêt et surtout par curiosité que je m’étais abonné en 2014 à une chaîne YTube intitulé “Le Tiers-Livre”.

Un Tiers de plus, pourquoi pas ? Mais, le croirez-vous, ce n’est qu’en 2018 que j’ai finalement regardé une vidéo de cette chaîne.
Il s’agit d’un écrivain : François Bon. Au compteur : une trentaine de livres publiés chez minuit, des biographies de Lovecraft, des Stones et de Bob Dylan.

L’écrivain propose des ateliers d’écriture via son site Internet et YTube. Chaque semaine, François Bon fait une proposition avec consigne en vidéos de 30 à 40 minutes. Renvoie les écrivants à un texte précis. Puis il publie les textes sur son site, comme un espace d’édition ouvert et participatif. A l’été 2018 François Bon lance un atelier “construire une ville avec des mots.”

Présentation de la chaîne de François Bon

Tiers-Livre, les ateliers

Depuis l’été 2018, j’ai suivi quatre à cinq cycles d’ateliers. François Bon propose des cycles d’été et d’hiver. Les ateliers se sont améliorés vers plus d’entraide et de participation. Chaque participants a maintenant la charge de publier ses textes sur un WordPress commun. Nous nous réunissons par visio toutes les semaines. Et bien sûr il y a un groupe d’entraide sur Facebook (grrrr…).

Les écritures sont foisonnantes. Ça croise, ça trame, ça décroise, ça construit et déconstruit. J’aime ce laboratoire à ciel (à web) ouvert. Les ateliers du Tiers-Livre ouvre un large champ de possibles et de questionnements sur l’écriture et la littérature à l’ère du numérique.

Cet été, François Bon a décidé de faire un double cycle dans un atelier :
– Progression (pour progresser) et
– Faire un livre (pour faire un livre (c’est explicite en fait)).

Pour nous lancer, François Bon nous a fait travailler un prologue “100 mots et de l’eau” autour d’un texte de Francis Ponge. Résultats : 164 contributions et un livre et un livre à commander.

Lancement de l’atelier d’été 2021

À lire !

Francis Ponge, Antonio Tabucchi, Gina Pane, Ryoko Sekiguchi, Henri Michaux, Franz Kafka et tous les participantes et participants du Tiers-Livre (ça approche la centaine)… J’ai découvert et redécouvert de nombreux écrivaines, écrivains et artistes avec leurs points de vues et leurs esthétiques. Il ne s’agit pas de tout connaître par coeur, de devenir cultivé ou post doc en littérature comparé… Non, simplement s’appuyer sur l’écriture de ses auteurs pour creuser et explorer la sienne, pour trouver son propre langage. Il ne s’agit pas d’un MOOC “écrivez votre premier roman en 10 chapitres”, non il s’agit de trouver son propre langage et sa propre voi(e)x. C’est beaucoup plus intéressant et ça me plaît !

Vous pouvez nous (me) lire ! Vos retours seront les bienvenues ! Courtoisie et bientraitance sont demandées !

  • Le site de François Bon : https://www.tierslivre.net/
  • Les ateliers du Tiers-Livre : https://www.tierslivre.net/ateliers
  • Ma page auteur : https://www.tierslivre.net/ateliers/author/amarty/
  • J’aime même ouvert un blog sur Plume (un média social fédéré) : Les Pixels sur le toit

J’ai (encore) Museomixé dans le Forez

Qu’est-ce que Museomix ?

  • Un makeathon culturel international qui croise les regards et les talents.
  • Une rencontre des médiateurs, bricoleurs, designers, développeurs, graphistes, communiquants, artistes, écrivains, scientifiques qui se retrouvent au cœur d’un musée pour expérimenter et vibrer ensemble.
  • 3 jours pour inventer, concevoir, fabriquer et tester un dispositif de médiation muséale innovant et emprunt de numérique

C’est un marathon créatif de trois jours dans un Museomix, mais non ce n’est pas un truc de bobos. Il s’agit de regarder les musées autrement, proposer autre chose, de faire des belles recontres.

L’association et les communautés Museomix sévissent depuis 2011. Son histoire est largement documenté. Pour ma part, j’avais participé à l’aventure en 2014 au Musée d’Art et d’Industrie de Saint-Etienne.

Le textile et le patrimoine

Cette fois l’édition 2019 se déroulait dans deux villages du Forez : Cervières et Panissières.
Distant de 60 kms Cervières et Panissières partagent un trait commun : un patrimoine industriel textile. À Panissières on confectionnait des cravates. Pendant longtemps les grenadières de Cervières ont cousu des insignes au fil d’or, sur les uniformes des armées françaises, de la légion étrangères, sur les habits verts des académiciens, sur les tricornes des préfets ou encore sur un costume pour un certain Bokassa.

MixRoom

J’ai eu la chance d’intervenir sur la Mix Room pour documenter l’événement. Nous étions trois à la production de ce petit documentaire qui résume les trois jours et conte l’histoire d’un patrimoine méconnu.

Allez plus loin

Des nouvelles de votre Médiateur Numérique bien aimé

Coucou les loulous ! J’espère que vous allez bien. Pour ma part, il y a eu de nombreux changements ces derniers mois, ce qui explique mon long silence.
Voici donc une petite brève missive pour faire le point et vous annoncez de prochains changements sur le site.

Je remercie les nombreuses personnes qui ont partagé, liké et feedbacké mon article précédent : Accueillir des travailleurs handicapés dans un FabLab, ce que j’ai appris.

Je suis fier d’avoir obtenu haut la main mon diplôme de Conseiller Médiateur Numérique. Écrire des articles a aidé ;-). Le jury a même évoqué mes vacances bretonnes dans des camps de hackers peu orthodoxes.

Je travaille au Lab01 d’Ambérieu-en-Bugey en tant que Conseiller Médiateur Numérique avec le rôle de coordinateur de formation. Je donne des cours, je gère l’administratif et suis au contact quotidien de 12 apprenants (de 17 à 57 ans).
Je prends des notes tous les jours. Je pourrais écrire un roman sur cette formation.
J’ai commencé la documentation. Je viendrai partager l’expérience avec vous.

Je suis heureux, après avoir été formé à la médiation numérique je forme des médiateurs numérique à mon tour. C’est la meilleure chose qui pouvait m’arriver.

J’ai planté un arbre à palabres quelque part dans l’est de la France.

Je vois les Tiers-Lieux pousser comme une forêt. Je vis à Bourk (avec un k pour les intimes). Rien que dans ma rue il y a un café-restau et un espace de coworking qui se revendiquent comme tel. Quand je repense à 2012… Au Comptoir numérique… Saint-Etienne… #LesVraisSavent

Je fais de la llittératube, de la littérasphère, de la littéranum, c’est un peu grâce à François Bon, tiers-éditeur au tiers-livre. Ce blog va bientôt devenir un espace de création.

J’ai un point commun avec Jack Dorsey, le fondateur de Twitter. Je pense que Fip est la meilleure radio du monde. Fip c’est de l’argent public, la firme au piaf bleu paie-t-elle des impôts en France ? Non pas de tatouage pour moi merci.
J’ai la preuve que Fip est la meilleure radio du monde, j’ai découvert ce morceau fait avec des enfants de Marseille, en termes de MédiaLab c’est du haut niveau !

Je vous fais des bisous. À bientôt les Loulous !