Covid19 – Comment j’ai aidé la ville de Maubeuge

Contexte : COVID19 – La premiers jallons de cet article ont été posé le 26 mars 2020.
Les appels aux dons, à bénévoles, à contribution, et autres aides fleurissent partout sur Internet et les médias. Ces nombreux appels ne sont pas sans soulever des questions sur lesquelles je reviendrai bientôt.

Les médiateurs numériques sont appelés sur plusieurs fronts :

Soutenir la continuité pédagogique, c’est-à-dire aider les personnels de l’éducation nationale à se saisir des outils numériques pour maintenir les apprentissages à distance.

– Aider la population en général, l’ensemble des citoyens à se saisir des outils numériques pour tous les usages du quotidien, à travers la plateforme Solidarité Numérique.

– Fabriquer des visières de protection pour toutes les personnes en première ligne (personnels soignants, les travailleurs sociaux, les livreurs, les commerçants, les agents de collectivité…etc) en coordonnant les nombreux FabLabs et makers et makeuses confinés à la maison partout en France. Oui, les FabLabs permettent l’accès à la fabrication numérique au plus grand nombre, ils font partie de la médiaiton numérique.

En vérité, le travail ne manque pas et la liste que j’ai posé est non-exhaustive. Là encore j’y reviendrai bientôt.

La documentation pour aider

Plus qu’auparavant, il me semble important de documenter ces initiatives, afin qu’elles trouvent des echos par delà la crise. Je suis très attaché à la documentation, elle fait partie de mon histoire.

Les ressources, les guides, les tutos, les recommandations, les MOOCs pullulent sur les réseaux sociaux… encore faut-il trouver les bons et les transmettre aux bonnes personnes et au bon moment. Je pense que les questions critiques à se poser sont, dans l’ordre de leurs urgences, les suivantes :

  • Comment atteindre les personnes non équipées d’ordinateurs ou de smartphone ?
  • Comment toucher les publics concernés ?
  • A quoi serviront nos travaux et ressources produites après le confinement?
  • Comment aujourd’hui préparer le déconfinement
  • Comment travaillerons-nous après la crise ?

C’est pourquoi l’initiative la plus intéressante, de mon honnête et humble point de vue, est le wiki Risposte Creative Numérique.

“Apprendre ensemble de la crise : Appel a la créativité et à la force du réseau des acteurs de l’innovation publique territoriale pour faire face aux nouveaux défis crées par la crise du covid 19”

https://ripostecreativeterritoriale.xyz/?PagePrincipale

Il est urgent de contribuer !

Le wiki se veut être une gare centrale des initiatives pour orienter les collectivités et les professionnels dans la bonne direction. Il urgent de contribuer ! Vous travaillez dans une collectivité ou professionnel du numérique : contribuez ! Voici comment :

https://video.cnfpt.fr/widget/utiliser-et-comprendre-le-wiki-1

L’exemple de Maubeuge

Ce wiki me donne les moyens d’agir ! De contribuer ! D’aider ! Humblement, bénévolement, d’entrer en contact avec des personnes qui ont besoin de mes conseils.

Sur le wiki, dans la partie “J’ai besoin” j’ai trouvé ce message :

Nous avons échangé au téléphone le jeudi 26 mars, voici mes recommandations.
Attention mes recommandations sont bénévoles et faites dans l’urgence, elles sont simplement un premier niveau de réponse, elles sont sujets à critiques et adaptation.

Le besoin de la ville de Maubeuge :
Faire de la mise en relation pour développer la solidarité

Il y a trois niveaux :

  1. L’action citoyenne
  2. Les relations entre agentes de la collectivité et les usagers
  3. Comment travailler à distance entre agents de la collectivité ?

Les citoyens agissent ! Ils s’entraident.

La collectivité doit relayer leurs intitiatives avec ses outils de communication .

Quelles relation entre agents et usagers en cette période ?

La ville de Maubeuge à des pages Facebook, le problème récurrent de ce rézosocio et son algorithme, c’est qu’il dillue l’information dans ses flux.
J’ai recommandé les applis smartphone type Illiwap pour faire du push et de la notification afin de mieux catégoriser l’info.

Aux citoyens indiquer deux sites :
Pour faire ses démarches en lignes, apprendre à se servir des outils numériques, faire cours à mes enfants…etc. : https://solidarite-numerique.fr/ avec le numéro vert.

Comment assurer la continuité pédogique ? Une ressource : : https://openclassrooms.com/fr/p/continuite-pedagogique

Certains de nos citoyens ont un smartphone, pas d’ordi ni d’imprimante.
J’ai un devoir maison à imprimer pour mon enfant :
=> J’envoie le document sur ecole@maubeuge.fr ou imprimante@maubeuge.fr
=> Je vais à l’état civil, l’adresse mél est tout le temps ouverte
=> Je télécharge mon document, j’imprime !

Comment travailler, collaborer, manager entre agents de collectivité ?

Nous avons l’Intranet => ok c’est outil mais pour quoi faire ?
Nous avons mis en place un Whatsapps => ok c’est outil mais pour quoi faire ?

Nous faissons du télétravail ? Et c’est naturel ? Et vous le faites bien ?
Deux guides à lire :

En résumé il faut penser aux processus, aux méthodes et à l’organisation, avant de penser aux outils. Vaste sujet sur lequel, je reviendrai dans un prochain article.

Envie d’aller plus loin, de plus de ressources ?
N’oubliez pas ce wiki !

J’ai (encore) Museomixé dans le Forez

Qu’est-ce que Museomix ?

  • Un makeathon culturel international qui croise les regards et les talents.
  • Une rencontre des médiateurs, bricoleurs, designers, développeurs, graphistes, communiquants, artistes, écrivains, scientifiques qui se retrouvent au cœur d’un musée pour expérimenter et vibrer ensemble.
  • 3 jours pour inventer, concevoir, fabriquer et tester un dispositif de médiation muséale innovant et emprunt de numérique

C’est un marathon créatif de trois jours dans un Museomix, mais non ce n’est pas un truc de bobos. Il s’agit de regarder les musées autrement, proposer autre chose, de faire des belles recontres.

L’association et les communautés Museomix sévissent depuis 2011. Son histoire est largement documenté. Pour ma part, j’avais participé à l’aventure en 2014 au Musée d’Art et d’Industrie de Saint-Etienne.

Le textile et le patrimoine

Cette fois l’édition 2019 se déroulait dans deux villages du Forez : Cervières et Panissières.
Distant de 60 kms Cervières et Panissières partagent un trait commun : un patrimoine industriel textile. À Panissières on confectionnait des cravates. Pendant longtemps les grenadières de Cervières ont cousu des insignes au fil d’or, sur les uniformes des armées françaises, de la légion étrangères, sur les habits verts des académiciens, sur les tricornes des préfets ou encore sur un costume pour un certain Bokassa.

MixRoom

J’ai eu la chance d’intervenir sur la Mix Room pour documenter l’événement. Nous étions trois à la production de ce petit documentaire qui résume les trois jours et conte l’histoire d’un patrimoine méconnu.

Allez plus loin

Des nouvelles de votre Médiateur Numérique bien aimé

Coucou les loulous ! J’espère que vous allez bien. Pour ma part, il y a eu de nombreux changements ces derniers mois, ce qui explique mon long silence.
Voici donc une petite brève missive pour faire le point et vous annoncez de prochains changements sur le site.

Je remercie les nombreuses personnes qui ont partagé, liké et feedbacké mon article précédent : Accueillir des travailleurs handicapés dans un FabLab, ce que j’ai appris.

Je suis fier d’avoir obtenu haut la main mon diplôme de Conseiller Médiateur Numérique. Écrire des articles a aidé ;-). Le jury a même évoqué mes vacances bretonnes dans des camps de hackers peu orthodoxes.

Je travaille au Lab01 d’Ambérieu-en-Bugey en tant que Conseiller Médiateur Numérique avec le rôle de coordinateur de formation. Je donne des cours, je gère l’administratif et suis au contact quotidien de 12 apprenants (de 17 à 57 ans).
Je prends des notes tous les jours. Je pourrais écrire un roman sur cette formation.
J’ai commencé la documentation. Je viendrai partager l’expérience avec vous.

Je suis heureux, après avoir été formé à la médiation numérique je forme des médiateurs numérique à mon tour. C’est la meilleure chose qui pouvait m’arriver.

J’ai planté un arbre à palabres quelque part dans l’est de la France.

Je vois les Tiers-Lieux pousser comme une forêt. Je vis à Bourk (avec un k pour les intimes). Rien que dans ma rue il y a un café-restau et un espace de coworking qui se revendiquent comme tel. Quand je repense à 2012… Au Comptoir numérique… Saint-Etienne… #LesVraisSavent

Je fais de la llittératube, de la littérasphère, de la littéranum, c’est un peu grâce à François Bon, tiers-éditeur au tiers-livre. Ce blog va bientôt devenir un espace de création.

J’ai un point commun avec Jack Dorsey, le fondateur de Twitter. Je pense que Fip est la meilleure radio du monde. Fip c’est de l’argent public, la firme au piaf bleu paie-t-elle des impôts en France ? Non pas de tatouage pour moi merci.
J’ai la preuve que Fip est la meilleure radio du monde, j’ai découvert ce morceau fait avec des enfants de Marseille, en termes de MédiaLab c’est du haut niveau !

Je vous fais des bisous. À bientôt les Loulous !

Animer des Initiations Arduino, ce que j’ai appris

Cela fait bien longtemps que je n’ai pas alimenté ce blog, je n’en suis pas moins actif pour le moins.

Ma formation s’est arrêtée pour ce mois de décembre. Je consacre mon temps aux cours et au Lab01, Tiers-Lieux d’Ambérieu-en-Bugey, où je suis en stage. 

Afin de parfaire mes compétences de médiateur numérique, j’ai organisé des séances d’initiation Arduino.  Trois mercredis soirs d’affilé, sans pré-inscriptions, avec un peu de com’. C’est en forgeant que l’on devient forgeron.

C’est quoi Arduino ? Pourquoi Arduino ?

Arduino c’est une carte électronique dotée d’un micro-contrôleur, on peut brancher des capteurs et des actionneurs dessus. Il est possible de réaliser plein de projets sympas. (Construire des robots, imprimantes 3D, stations météos, etc…).

J’ai choisi Arduino car la manipulation de l’objet demande de faire des branchements électriques, d’écrire du code numérique et d’injecter ce code dans la carte. Dans le contexte d’un FabLab il me semble important que le public puisse toucher et manipuler, qu’il voit les effets d’un fichier numérique sur un objet réel (comme l’impression 3D).

Arduino permet également une bonne initiation au code. Il y a des outils de code visuels (nous le verrons) et l’on peut se confronter à la réalité de son IDE et la rudesse du code C.

Préparation

Rassurez vous : pas besoin d’être un hyper pro de l’Arduino pour réaliser ce type d’animations. Il suffit de bien connaître le sujet, d’être capable de réaliser quelques manipulations (faire clignoter une guirlande de leds par exemple), écrire et savoir décrypter des lignes de codes.

L’important c’est de donner le goût, le goût d’apprendre et d’aller plus loin, de chercher par soi-même. Donner l’envie d’avoir envie…

Pour communiquer, j’ai utilisé les réseaux sociaux du Lab. 
Le petit truc en plus : nous avons une Bulloterie au Lab, elle m’a permis de connaître les membres du Lab intéressés par le sujet et de leur envoyer un texto personnalisé.

En parallèle, j’ai créée une page MoviLab Arduino. J’ai simplement copié les éléments présents sur une autre page du wiki : Médiation numérique à l’internet des objets.
J’ai ensuite complété avec d’autres infos et liens et je suis arrivé à un beau résultat.

J’ai même écrit à l’ami Monsieur Bidouille pour qu’il intègre le lien dans la description de sa magnifique vidéo.

Cette page MoviLab a plusieurs fonctions :
– Elle permet de présenter et d’introduire le sujet lors de l’atelier.
– Elle sert de ressources et de trame pour l’atelier.
– Elle sert d’outil de remédiation et d’autonomisation des participants, les apprenants auront de la matière à ramener chez eux.

Pour me donner une feuille de route plus précise, je me suis servi de mes cours d’andragogie de l’ADEA et j’ai construit un scénario pédagogique. Une trame à suivre pour ne pas me perdre.

L’atelier

Le grand soir est arrivé. Tout d’abord, il faut créer l’ambiance, donner à voir et à toucher. Mettre un peu de musique, disposer du matériel à droite à gauche. Faire comprendre que l’on est dans un FabLab où l’on fait des trucs et construit des machins à partir de ses propres mains.

J’ai commencé par montrer la vidéo de U=RI. 2 minutes 30. Courte. Efficace. Elle permet d’introduire le sujet.
Ensuite, il s’agit de répéter, de remontrer, de répondre aux premières éventuelles questions. C’est également le moment de montrer les possibilités de l’Arduino avec de beaux objets comme le Smart Citizen, le Makey Makey ou la Gamebuino.

Mes ateliers ont attiré des enfants, j’ai donc adapté mon langage et réduit le nombre d’informations et d’exercices que je souhaitais donner.

Première manipulation : le Blink, brancher une led et une résistance sur la breadboard, les relier à l’Arduino et les faire clignoter grâce au bon code.

Il est possible de faire de l’Arduino sans Arduino. Tinkercad propose de faire des montages virtuels avec son programme Circuits.

Ensuite j’ai proposé aux enfants de complexifier les choses en faisant une guirlande : brancher trois leds et les faire clignoter alternativement comme un feu rouge. 

Tinkercad circuits

Un des avantages de Tinkercad est qu’il est possible de faire du code visuel et ensuite de montrer le code C produit pour mieux le traduire et le décrypter.

Une façon de poursuivre tout en simplifiant les choses est de montrer un kit Grove. Ce kit, que l’on peut acheté avec Arduino, permet de faciliter les branchements. On peut donc se concentrer sur le code.

Ce que j’ai appris

L’atelier appelé “Initiation Arduino” a surtout attiré des enfants ou des adultes qui accompagnent leurs enfants.

On ne transmet pas la même information de la même façon à un enfant de CM1 et à un élève de 3ème. Pour les petits, il est trop tôt pour écrire en C, après le premier Blink, vient le moment de jouer au Makey Makey ou code.org.

Il faut trouver à chacun le juste niveau de difficulté et le réadapter à chacun instant. Après “je ne comprends pas”, on descend d’un cran et vient le “c’est trop facile” : l’enfant avait besoin de passer par une étape plus simple pour réussir une tâche plus complexe.

Avoir un scénario pédagogique c’est bien, mais il faut savoir s’en détacher.  Impossible de faire la même séance à des enfants de niveaux différents.

Faire des Initiations Arduino doit servir des prétextes : pour découvrir le FabLab, la culture numérique, de nouveaux outils numérique.

On est vite dépassé, par la techno ou par les questions et les envies des apprenants. Impossible de devenir un expert Arduino, à moins d’en faire son métier et devenir électronicien ++. 

Faire des initiations Arduino, c’est aider les autres à franchir une barrière, celle d’un nouveau langage fait de codes et de manipulations. Et cela résume bien, je crois, la médiation numérique.


Comment apprendre des uns et des autres ?

Les huit cobayes de la première promo du Titre Pro Conseiller Médiateur Numérique terminent leur première semaine. Entre les cours et les pauses cigarettes, nous apprenons lentement à nous connaître.

Ma première impression était la bonne : nous avons des profils très différents.
Des geekos, des techos et des travailleurs sociaux. Comment allons nous apprendre des uns et des autres ? Déjà, nos formateurs nous mettent sur le métier.
Continuer la lecture de « Comment apprendre des uns et des autres ? »